Menu Fermer

Auteur/autrice : BernadetteC

Récollection du CCFD-Terre Solidaire

Les membres des équipes du CCFD Terre Solidaire de Vendée se sont réunis le 18 avril dernier pour vivre un temps de récollection.

Pèlerinage de l'Alliance (crédit photo : ©Lazare)

Le jeudi 18 avril 2024, les membres d’équipes du CCFD-Terre Solidaire de Vendée se sont réunis à la maison du diocèse pour vivre un temps de récollection. Le Père Bernard Lucas, leur aumônier, leur a rappelé la genèse du mouvement en 1961, voulu et missionné par les évêques de France, inspirés alors par le Concile Vatican II. De part sa composition des divers mouvements et services d’Eglise, il permet de vivre la dimension essentielle de fraternité (à travers la solidarité internationale) et d’universalité et est en ce sens essentiel à la vie de l’Eglise. Ils ont pu partager leurs méditations à la suite de la lecture de la lettre de Saint Paul aux Romains au chapitre 12 (nous formons un seul corps) et ont terminé par la prière du « Notre Père »

© Diocèse de Luçon

Il nous faut « prier pour que le coeur des jeunes s’ouvrent«

Il nous faut « prier pour que le coeur des jeunes s’ouvrent«

 

Cette semaine le père François Bidaud nous parle pèlerinage et rassemblement : Lourdes, 1er mai et Ecole de prière.

Le pèlerinage diocésain à Lourdes vient de débuter. Un beau rassemblement avec plus de 900 Vendéens réunis dont de nombreux jeunes. Notamment « un service jeune » avec les hospitaliers et Joie de Vivre. C’est « une joie de voir le nombre de jeunes qui a augmenté, souligne l’abbé François, un beau signe d’espérance ! ». Il revient également sur l’anniversaire des 150 ans de la chapelle des Vendéens à Lourdes et la venue en octobre prochain à St Laurent sur Sèvre, de l’évêque de Tarbes et Lourdes.

A St Laurent sur Sèvre justement se tiendra le pèlerinage interdiocésain du 1er mai pour les vocations. L’occasion de poser la question : « Quel est le sens du ministère du prêtre aujourd’hui ?« . L’abbé François insiste sur la nécessité de parler des vocations dans nos familles : « C’est un défi !« . Il nous faut « prier pour que le coeur des jeunes s’ouvrent » à cette possibilité et découvrir la beauté du « don de la gratuité d’une vie [offerte] à l’Amour du Seigneur« .

Enfin en conclusion, nous parlons de l’Ecole de Prière qui rassemble 210 enfants du CE1 au CM2. Véritable institution dans le diocèse depuis une vingtaine d’années désormais, elle permet aux plus jeunes « d’expérimenter les différentes façons de vivre la Foi« .

© Diocèse de Luçon

 

1ère édition du pèlerinage de l’Alliance

1ère édition du pèlerinage de l’Alliance

Plus de 150 pèlerins se sont retrouvés à Lourdes pour le pèlerinage national de l’Alliance du 6 au 8 avril. Un pèlerinage destiné aux personnes mariées, séparées ou divorcées vivant seules.

Pèlerinage de l'Alliance (crédit photo : ©Lazare)
Pèlerinage de l'Alliance

Ce pèlerinage a été proposé par le sanctuaire de Lourdes et Don Anne-Guillaume afin de diversifier les propositions du sanctuaire. Le pilotage a ensuite été confié à la Communauté Notre Dame de l’Alliance (CNDA), particulièrement à Emmanuel Houssin qui a supervisé toute l’organisation.

La CNDA a été fondée il y a 40 ans dans le diocèse de Rennes. La communion est accompagnée par Monseigneur Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes. Elle compte plus de 300 membres en France. Cette communauté réunit des hommes et des femmes vivant seuls à la suite d’une séparation ou d’un divorce, demeurant fidèles à leur sacrement de mariage. 70 des pèlerins présents étaient membres de la CNDA.

Certains sont arrivés sans connaître la suite de leur vie, d’autres avec quelques années de recul. Ils étaient issus de situations diverses, en pleine tempête ou apaisés, de tous les âges et de toute la France, mais tous ressentant le même besoin de lumière, de consolation et de réconfort auprès de Marie.

« C’est un vrai combat », rapporte le Père Grégoire Cieutat, conseiller spirituel de la CNDA, « ce sont des personnes blessées, les gueules cassées de l’Eglise » Pendant ce pèlerinage, ils ont pu trouver le doux réconfort de Marie ainsi que la joie d’être consolés et soutenus par la fidélité du Christ et le soutien de l’Église.

Ils ont vécu différents moments forts pendant ce pèlerinage : veillées, adorations, enseignements, partages, temps forts de consolation et de réconciliation, temps personnels de prière, procession aux flambeaux, etc.

UNE GRANDE DIVERSITÉ D’ENSEIGNEMENTS

Monseigneur D’Ornellas a commenté le récit de l’Annonciation en soulignant la fidélité de Dieu à son projet d’amour pour l’humanité. Il a notamment commenté ce verset du Psaume de la messe de l’Annonciation « je n’ai pas caché ta fidélité, ton salut » (Ps 39,10). La fidélité des personnes séparées, divorcées, au oui de leur mariage est au service de la manifestation de la fidélité de Dieu. Celui-ci donne sa force à celui qui désire accomplir sa parole de fidélité jusqu’au bout : comme le Christ pour son Épouse bien souvent infidèle.

Don Anne-Guillaume a présenté les différentes apparitions de la Vierge à Bernadette, tandis que l’intervention de Marie-Gabrielle et Emmanuel Ménager, responsables de la Pastorale Familiale du diocèse de Luçon, portait sur la beauté du sacrement et de la fidélité dans la séparation.

Et le père Grégoire a évoqué L’Adam unique en Genèse chapitres 1 à 3, décrit comme la figure parfaite du Christ. « D’abord il apparaît comme Fils obéissant au Père céleste. Puis, il se fait L’Époux de la Femme que Dieu lui présente. Enfin, il devient le Serviteur Souffrant d’Isaïe 53 pour racheter par amour la Femme figure de l’humanité prise au piège du Serpent menteur.«

Il été ressenti une grande joie du service des pèlerinages de Lourdes qui a contribué à la bonne réalisation de ce dernier ainsi qu’à une communication efficace en amont. Cette première édition a été un succès, et la deuxième est déjà prévue du 28 au 30 mars 2025.

Mathilde Chatelier

© Diocèse de Luçon

NOMINATIONS DES CURES ET DOYENS

Nominations

Par décision de Mgr François JACOLIN, évêque de Luçon, à partir du 1er septembre 2024

Les curés et doyens

PAROISSES

Doyenné de Luçon

Doyen : Monsieur l’abbé Dominique LUBOT

1 – Paroisse Notre-Dame de Luçon

Monsieur l’abbé Dominique LUBOT, [curé de la paroisse « Saint Louis de la Roche sur Yon en Pays Yonnais »], est nommé doyen de Luçon et curé de la paroisse « Notre-Dame de Luçon », recteur de la Cathédrale. Il demeure vicaire général. Il résidera au presbytère de Luçon.

Doyenné des Sables-d’Olonne

Doyen : Monsieur l’abbé Antoine NOUWAVI

4 – Paroisse Notre-Dame des Achards

Monsieur l’abbé Jean BERNARD, [curé de la paroisse » Saint Michel de Pouzauges »], est nommé curé de la paroisse « Notre-Dame des Achards ». Il résidera au presbytère des Achards.

Doyenné de Challans

Doyen : Monsieur l’abbé Gérard BILLON

09 – Paroisse Saint Nicolas de Coëx

Avec l’accord de Monseigneur Roger HOUNGBÉDJI, archevêque de Cotonou (Bénin), Monsieur l’abbé Sylvain DOSSOU, fidei donum, [prêtre coopérateur à la paroisse « Sainte Claire de Fontenay »], est nommé curé de la paroisse « Saint Nicolas de Coëx ». Il résidera au presbytère de Coëx.

Doyenné de La Roche-sur-Yon

Doyen : Monsieur l’abbé Alexandre-Marie ROBINEAU

14 – Paroisse Saint Louis de La Roche-sur-Yon en Pays Yonnais

Monsieur l’abbé Alexandre-Marie ROBINEAU, [doyen de Luçon et curé de la paroisse Notre-Dame de Luçon], est nommé doyen de la Roche sur Yon et curé de la paroisse « Saint Louis de la Roche sur Yon en Pays Yonnais ». Il résidera au presbytère (résidence la Colombe) de la paroisse St Louis à la Roche sur Yon.

15 – Paroisse Sacré-Cœur de La Roche-sur-Yon en Pays Yonnais

Monsieur l’abbé François BIDAUD, [administrateur de la paroisse Notre-Dame des Achards], est nommé, avec Monsieur l’abbé Bernard LUCAS, curé in solidum, modérateur de la paroisse « Sacré-Cœur de la Roche sur Yon en Pays Yonnais ». Il demeure vicaire général et modérateur de la curie. Il résidera au presbytère de Ste Thérèse de la Roche sur Yon.

Doyenné des Herbiers

Doyen : Monsieur l’abbé Florent MURZEAU

23 – Paroisse Saint Michel de Pouzauges

Monsieur l’abbé Alexandre GUILLAUD, [prêtre coopérateur à la paroisse « Sainte Mère Teresa de Montaigu »], est nommé curé de la paroisse « Saint Michel de Pouzauges ». Il résidera au presbytère de Pouzauges.

25 – Paroisse Sainte Croix des Essarts

Monsieur l’abbé Nicolas PASQUIET, [curé in solidum, modérateur de la paroisse « Sacré-Cœur de la Roche sur Yon en Pays Yonnais »], est nommé curé de la paroisse « Sainte Croix des Essarts ». Il résidera au presbytère des Essarts en Bocage.

Voici la nomination des curés. D’autres nominations suivront plus tard.

« Le diaconat a pour but de servir le peuple de Dieu. Servir à la manière du Christ »

La messe Chrismale s’est déroulée cette année en l’église St Benoît d’Aizenay. Un moment d’unité pour l’Eglise diocésaine autour de Mgr Jacolin qui, à l’occasion de son homélie, a particulièrement mis l’accent sur le diaconat permanent rétabli il y a 60 ans dans l’Eglise Latine : « Le diaconat a pour but de servir le peuple de Dieu. Servir à la manière du Christ ».

« Le diaconat a pour but de servir le peuple de Dieu à la manière du Christ »

©Diocèse de Luçon

 

Groupe diocésain sur l’écologie intégrale

Sur les pas de St François d’Assise, prendre soin de notre maison commune

CULTIVER NOTRE PRÉSENCE AU MONDE 

Depuis l’apparition de la vie sur Terre, le minéral, le végétal, l’animal co-évoluent : toute l’évolution s’est réalisée en fonction des autres formes de vie, pour l’homme également ! Habiter le monde c’est avant tout cohabiter avec tout ce qui nous entoure. Nous avons tendance à l’oublier car tout nous pousse à plus d’individualisme et à croire que nous nous sauverons nous-même ! Mais seul Dieu sauve ! Chacun de nos gestes, construit un destin commun auquel aucune forme de vie ne peut échapper. Nous devons nous rappeler nos origines communes (Humus et Humanité) et comprendre nos interdépendances pour toujours mieux prendre soin du milieu naturel que Dieu nous a confié. Nous devons cultiver notre présence au monde, bienveillante, aimante, en contemplant ce don merveilleux que Dieu nous a fait.

Cette présence au monde ne pourra se réaliser que si nous prenons le temps pour prier humblement notre Seigneur afin qu’il nous éclaire sur ce chemin de l’amour de toutes les créatures, y compris, bien sûr, de notre frère qui souffre. Car nous ne sommes pas en vie, nous sommes la Vie. Et pour se découvrir soi-même, il faut s’ouvrir aux autres et se laisser transpercer par le vivant qui nous fait grandir. C’est ainsi que le nouveau groupe diocésain de réflexion qui travaille sur l’écologie intégrale souhaite avancer afin que l’Eglise soit un catalyseur d’un futur de solidarité, de fraternité et de paix.

 

OUVERT À TOUS

Nous n’imaginons pas ce groupe comme un service supplémentaire qui viendrait ajouter une couche à tout ce qui existe déjà ! Mais plutôt comme un service transversal qui doit rejoindre toute l’Eglise dans son organisation générale et, en particulier, le lien aux plus vulnérables. Dans nos perspectives, nous voyons une invitation à la liberté créative et des sujets à travailler sur le mode synodal en impliquant les acteurs des autres services et groupes. Ce sera ainsi un moyen de s’engager sur un chemin de conversion écologique dans l’émerveillement, le partage et le souci de la communion. Même si l’initiative est venue de quelques diacres, c’est à chacun de nous, maintenant, de rendre concrètes nos actions futures en faisant du lien dans l’Eglise avec tout ce qui se vit déjà autour de l’écologie intégrale. Ce groupe est donc ouvert à toute personne qui souhaite porter ce chemin de conversion auprès de son mouvement, de sa paroisse.

 

Comme nous le dit le pape François, l’urgence est là et nous ne devons plus continuer à vivre comme si toute la Création vivait en harmonie : chaque baptisé doit rendre visible son engagement pour un monde où la fragilité est reconnue comme une richesse et non comme un problème à surmonter et « parce qu’un être humain qui prétend prendre la place de Dieu devient le pire danger pour lui-même » (LD73).

Pour lancer cette réflexion, un sondage à destination des mouvements, des paroisses, des congrégations religieuses a été réalisé.  Vous pouvez le retrouver via le lien ci-dessous (réponse souhaitée avant fin octobre / mi-novembre 2023).

https://forms.gle/7SmL8tG994kuPdf88

© 2010-2021 Diocèse de Luçon

 

Kerygma : des « petites pousses » pour nos paroisses

La démarche de l’Eglise en France au coeur de l’évangélisation 

« Kerygma » : derrière ce nom se trouve une démarche initiée par l’Eglise en France pour réfléchir et trouver de nouveaux chemins pour l’annonce du Christ. Après plus d’une année de réflexion en diocèse, un rassemblement national à Lourdes vient de se dérouler, du 20 au 23 octobre, avec plus de 2 500 personnes, dont une délégation de Vendéens. Parmi eux, Xavier Mousset, du service diocésain de catéchèse et du catéchuménat.

Le groupe des Vendéens présents à Lourdes  du 20 au 23 octobre 2023

Quel est l’objectif de la démarche Kerygma ?

Kerygma est une démarche initiée par l’Eglise en France dans la dynamique du Directoire pour la Catéchèse (DpC) paru en mars 2020. Ce DpC place la catéchèse dans le grand mouvement de l’Evangélisation. D’ailleurs, durant le pontificat de Benoît XVI, la responsabilité de la catéchèse est passée de la Congrégation pour le Clergé au Dicastère pour l’Evangélisation.

Ce changement paraît bien loin de ce que vivent les groupes de catéchèse dans nos paroisses. Mais, acceptons de regarder ce que ce signe nous dit : La catéchèse, qui sert la rencontre avec le Christ, est un des moyens de l’Eglise pour annoncer l’Evangile. Cela est bien visible dans les groupes : Pour beaucoup d’enfants, le temps de catéchèse est le seul temps de rencontre avec le Christ. Les catéchistes invitent patiemment, paisiblement, inlassablement… à cette rencontre du Christ.

« Aujourd’hui, la catéchèse connaît un temps de mutation. Elle s’interroge face à la diminution parfois massive des enfants et des jeunes inscrits, (…). D’un autre côté, elle accueille plus de 6000 adolescents et adultes Catéchumènes. (…) Le conseil pour la catéchèse et le catéchuménat initie une démarche appelée ‘Kerygma’. Le conseil veut ainsi travailler le lien entre catéchèse, évangélisation, mission et aider à situer la place des services de catéchèse et de catéchuménat en France dans la nouvelle étape de l’évangélisation »

Pauline Dawance et P. Christophe Sperissen, SNCC, vidéo de lancement de la démarche Kerygma

Que ressort-il de ce rassemblement ?

Comment cela va-t-il se décliner concrètement dans le diocèse ?

Ce rassemblement de Lourdes du 20 au 23 octobre a été d’une richesse extraordinaire pour rendre le Kérygme vivant. Nous avons eu d’abord des magnifiques temps de ressourcement. Pour annoncer le coeur de la foi, il nous faut tout d’abord nous laisser évangéliser. En plus des célébrations eucharistiques quotidiennes, nous avons vécu deux veillées liturgiques et spirituelles.

Le vendredi soir, la liturgie d’ouverture était un temps baptismal qui invitait chacun à s’appuyer sur le rocher qui est le Christ, rocher source d’où coule l’eau du Baptême. Le samedi, c’est en suivant un itinéraire dans l’Evangile de St Jean que nous avons été invités à retrouver la lumière que le Christ nous apporte. Une lumière qui s’est prolongée par l’adoration eucharistique et la proposition du sacrement de réconciliation. Beaucoup de très beaux signes parlants ont été mis en oeuvre par le SNCC pour aider les participants à rentrer dans ces itinéraires spirituels des veillées.

Il faut ajouter l’intervention le dimanche matin de l’évêque d’Ajaccio que le Pape François vient de créer cardinal. Avec de très belles images, le cardinal Bustillo a invité chacun à vivre en ‘disciples-missionnaires’. En conclusion, il notait 5 défis : humaniser le chemin pour la Bonne Nouvelle ; proposer la voie de la gratuité ; retrouver l’authenticité ; transmettre notre Espérance ; l’urgence de l’intériorité.

Ce rassemblement Kerygma était aussi l’occasion de se retrouver dans 50 ateliers de réflexion sur les moyens de développer le Kérygme dans nos pastorales. Un lieu ‘Pépinière’ regroupait toutes les « petites pousses » de l’évangélisation, partagées au préalable dans les diocèses. Toutes ces richesses seront bientôt disponibles sur un site pour favoriser la mutualisation et la recherche, dans l’annonce de la foi au sein des paroisses et des mouvements.

Propos recueillis par Anne Detter-Leveugle

Extrait du reportage pour Catholiques en Vendée n°223 –

Novembre 2023

© 2010-2021 Diocèse de Luçon

 

Le film « Sacerdoce » dans vos cinémas de Vendée

C’est à travers le regard et la parole de cinq prêtres que le film prend forme. Chacun a sa personnalité, son charisme propre, son originalité, avec un même appel : celui de servir, d’où le titre «Sacerdoce». Plusieurs séances sont prévues en Vendée tant à La Roche-sur-Yon que Challans en passant par Luçon ou les Herbiers.

 

UNE SÉANCE PRÈS DE CHEZ VOUS

Le film est diffusé en Vendée dans de nombreux cinémas. Vous le retrouverez à partir du jeudi 19 octobre du côté de La Roche-sur-Yon, Luçon, Les Herbiers ou encore Challans.

Enfin ! Un film qui fait plus que parler du prêtre : qui le montre dans sa vie quotidienne sans l’avilir ni l’idéaliser. Loin des clichés des années cinquante, ni des errements des années 70, des prêtres modernes qui relèvent les défis du 21ème siècle !.
Père Eric Simonot, aumônier militaire

SYNOPSIS

Depuis des siècles, les prêtres accompagnent de nombreuses personnes dans leur vie, dans les moments de joie comme d’épreuve. Alors que le scandale des abus a entaché l’Église ces dernières années, les prêtres demeurent un mystère. Plus qu’un simple métier, leur fonction exige un style de vie radical, celui du célibat, de l’abandon de la paternité et de la sobriété. Antoine, prêtre vagabond, rider, sillonne l’Ariège avec sa caravane pour écouter les villageois. Gaspard, prêtre montagnard, pousse les jeunes à se dépasser, à contempler la création, et à se débarrasser de leurs addictions. François, vieux prêtre parisien, offre son regard d’expérience sur les défis de la prêtrise. Paul souhaite remporter le championnat de France du clergé à vélo. Le Père Matthieu sort des milliers d’enfants des bidonvilles pour leur offrir un autre avenir. A travers eux s’esquissent les enjeux de leur engagement et de la prêtrise au XXIe siècle.

© 2010-2021 Diocèse de Luçon